News Presidency
En

Urkullu Lehendakari: PROPOSAL FOR A BASQUE SOCIAL PACT ON MIGRATION/ PROPOSITION DU PACTE SOCIAL BASQUE SUR LA MIGRATION

2018 December 18

OFFERING WHAT WE OURSELVES WOULD LIKE TO RECEIVE

"Migration is not a situational phenomenon but rather a structural reality across the world, in Europe and in the Basque Country. Domestic and European law, international humanitarian law, and human rights law all enshrine the obligation to respond appropriately to migration. There is a regulatory aspect to this. Immigrants, asylum seekers, unaccompanied foreign minors, migrants in transit and migrants in vulnerable situation all have rights and obligations which must be met through the appropriate channels.


Democratic ethics also play a role in migration, because it defines a society’s capacity for solidarity and civilised behaviour. Individual and collective reactions to helpless neighbours are put at stake. Either the save yourself is imposed or the possibility of sharing in the common good is fostered. One basic principle of universal ethics says do not do to others what you would not want done to yourself. When it comes to migration, the prevailing ethical principle is to provide what we would need to receive if we found ourselves in a similar situation.


In addition to the regulatory and ethical dimensions, the response to the migration challenge also ties into progress. The most prosperous countries have found ways to integrate migrant flows and cultural diversity. This factor is not indifferent to the demography challenge. European societies, and particularly the Basque community, need immigration to sustain the welfare model.


Despite this, there is a global proliferation of forceful discourses which depict the migrant as a threat. This is a prejudice loaded with untruths, racism and populism that stirs up fear to benefit partisan agendas. One consequence is that European ideals and values are unexpectedly thrown into doubt. Worrying symptoms emerge: factual re-establishment of external and internal borders, setbacks in recognising the human rights of refugees and immigrants, open political and institutional xenophobia, and the impossibility of building a common migration policy.


So far, the Basque Country has provided a united and solidary response to the migration challenge in its different expressions. However, the potential threat remains of a populist xenophobia built and ushered in by the demagogy. This proposal for a Basque Social Pact on Migration is a response to that context of obstacles and opportunities.


It comprises ethical, preventive, and proactive objectives. The ethical objective of this pact is to help strengthen the solidary and responsible response to the needs of migrants. The preventive objective is to create a transversal social and political unity which neutralises populist xenophobic agendas. The pragmatic objective is to encompass the migration challenge within a process of growth and progress for our society.


STARTING POINTS.

The individuals, entities and institutions who join this Basque Social Pact on Migration share the following starting points:


OFFERING WHAT WE OURSELVES WOULD LIKE TO RECEIVE

A. Political premise: pluralism. Diversity is an essential aspect of our history and collective identity. We defend a Basque society which is open to people from other cultures and of other origins, and which is committed to the values of pluralism in order to build an inclusive community.
B. Ethical premise: solidarity. The new migration challenges pose an ethical question that appeals for solidarity, non-discrimination, and equal rights and obligations for immigrant and autochthonous populations. We assume it as a shared commitment.
C. Pragmatic premise: need. In addition to family support policies, Basque society needs immigration in order to meet its workforce and demographic requirements. Immigration could contribute to growth in the Basque Country over the coming decades and we want to approach this as an opportunity.


TRANSVERSAL OPTIONS. Those who join this Pact undertake to implement the following transversal options, within the scope of our capacities and competences:
I. Coexistence. We stand for acceptance, integration, and an attitude based on solidarity, diversity and coexistence. We reject every discourse based on prejudice, stereotypes and stigma against people from other cultures or of other origins.
II. Cohesion. We firmly support universal education, healthcare and basic social services. We believe in maintaining channels for access to training and social/labour integration for jobs, and for access to housing, within a framework of equal rights and obligations.
III. Education. We promote the construction of inclusive education spaces as strategic assets for integration and coexistence. A pedagogy encompassing different realities and which promotes knowing and appreciating others has a decisive impact on our students’ social engagement process.
IV. Local environment. We affirm the relevance of the local environment as a strategic backdrop for effective integration into daily life. Municipal action to improve coexistence and boost social cohesion has pre-eminent value and must be supported and promoted.
V. Equality. We share a commitment to gender equality as a basic and fundamental principle for constructing our coexistence, and as a factor which has a universal inter-cultural and inter-religious impact.
VI. Languages. We believe that learning the languages of the receiving society is crucial to migrants’ integration and adjustment and we provide the necessary resources in that regard.
VII. Collaboration. We promote the pre-eminence of cooperation between the different institutional and social levels. Collaboration is more necessary in this area than in any other. Sharing what unites us instead of what separates us.


SPECIFIC COMMITMENTS.

Together with the above mentioned, we firmly support the development of the following specific commitments within their respective fields:

1. Co-responsibility. Collaborating with other actors to promote the principle of co-responsibility across the entire EU, in terms of loyalty and collaboration with national and European institutions, and with proposals which reflect the commitment asked for and offered.
2. Conviction. Maintaining social and political unity which makes use of the strength of its democratic majority to stand against any aspiration to extract political or electoral gain using xenophobic messages.
3. Regularised immigration. Promoting channels which increase the possibilities for regularised immigration and which consider the reality of the countries of origin, the migrant’s intentions and the needs arising from the demographic challenge in Europe.
4. Asylum seekers and refugees. Developing actions for quantitatively and qualitatively improving the reception and integration of people seeking international protection and refugees in Europe, in Spain and in the Basque Country.
5. Migrants in vulnerable situation. Providing the necessary resources to facilitate an appropriate humanitarian response to migrants in vulnerable situations, paying particular attention to women, minors, and victims of human rights violations.
6. Migrants in non-regular situation. Bringing together the necessary resources for providing a solidary and humanitarian response to the arrival of migrants in transit or those without regularised documentation. Said response should favour autonomy.
7. Unaccompanied foreign minors and unaccompanied foreign young people. Ensuring there are adequate resources to provide a shared, equitable and appropriate response to legal obligations, to the compliance with the principle of the best interests of the minor, and to a project aimed at integrating these young people into society and the workforce.
8. Humanitarian Intervention. Responding within the scope of our institutional capacities to humanitarian calls from international or local institutions and NGOs that work on the ground, whether in the Mediterranean Sea or in origin or transit countries.
9. Preventive Intervention. Supporting or developing cooperation projects aimed at transforming the causes of poverty, injustice, and inequality in migrants’ countries of origin and at promoting their local human capital and strengths.
10. Culture of coexistence. Sharing a culture of coexistence based on solidarity, co-responsibility, and the defence of pluralism, human rights and equality, and one which rejects any form of racism or discrimination.


INTERPRETATION FRAMEWORK OF THIS PROPOSAL FOR A BASQUE SOCIAL PACT ON MIGRATION
More than six years ago, the text of the first proposal for a Social Pact on Immigration stated that immigrants are not the “Other among Us”, but rather are part of the Basque “Us” of the future. That document, adapted to current migration challenges, is attached to this Proposal for a Basque Social Pact on Migration as its interpretation framework.

 

PROPOSITION DU PACTE SOCIAL BASQUE SUR LA MIGRATION

OFFRIR CE QUE NOUS SOUHAITERIONS RECEVOIR

La migration n’est pas un phénomène de conjoncture : c’est une réalité structurelle dans le monde, en Europe et en Euskadi. Répondre de manière appropriée est une obligation en droit national et européen, en droit international humanitaire et en droit des droits de l’homme. Elle a une dimension normative. Les immigrés, les demandeurs d’asile, les mineurs étrangers non accompagnés (MENA), les migrants en transit ou en situation de vulnérabilité ont des droits et des devoirs qui doivent être pris en compte.


Elle a également une dimension d’éthique démocratique car elle définit la capacité de solidarité et de civilisation d’une société. La réaction individuelle et collective face à un prochain en situation de détresse est mise à l’épreuve. La réaction est alors soit le « sauve qui peut », ou alors la possibilité de partager le bien commun est envisagée. Un principe fondamental de l’éthique universelle consiste à ne pas faire à autrui ce que l’on ne voudrait pas que l’on nous fasse. En matière de migrations, le principe éthique qui prévaut consiste à offrir ce que nous aurions besoin de recevoir si nous nous trouverions dans une situation similaire.


La réponse au défi de la migration, en plus de la dimension normative et éthique, présente également un aspect de progrès. Les pays les plus prospères ont réussi à intégrer les flux migratoires et la diversité culturelle. Ce facteur n’est pas étranger au défi démographique. Les sociétés européennes, et la société basque en particulier, ont besoin de l’immigration pour maintenir le modèle du bien-être.


Des discours puissants qui présentent le migrant comme une menace prolifèrent pourtant dans le monde entier. Un préjugé chargé de mensonges, de racisme et de populisme qui vise à tirer profit de l’agitation de la peur de manière partisane. L’une des conséquences est que les idéaux et valeurs européens expérimentent une situation de questionnement inattendue. Des symptômes inquiétants apparaissent : restauration factuelle des frontières extérieures et intérieures, recul de la reconnaissance des droits fondamentaux des réfugiés et des immigrants, xénophobie avec une claire expression politique et institutionnelle, et impossibilité de construire une politique de migration commune.


Euskadi a répondu jusqu’à présent de manière unie et solidaire au défi de la migration dans ses différentes expressions. Cependant, elle n’est pas à l’abri de la menace d’un populisme xénophobe qui a l’ambition de se structurer et de s’étendre, tirant parti de la démagogie. C’est dans ce contexte d’obstacles et d’opportunités que cette proposition de Pacte Social Basque sur la Migration se situe.


Ses objectifs ont une visée éthique, préventive et proactive. L’objectif éthique de ce pacte consiste à contribuer à renforcer la réponse solidaire et responsable face aux besoins des migrants. L’objectif préventif consiste à mettre en place une unité sociale et politique transversale qui rende stériles les prétentions des populismes à caractère xénophobe. L’objectif pragmatique consiste à relever le défi de la migration comme partie d’un processus de croissance et de progrès pour notre société.


OFFRIR CE QUE NOUS SOUHAITERIONS RECEVOIR

POINTS DE DÉPART.

Les personnes, entités et institutions qui ont signé ce Pacte Social Basque sur la Migration partagent les points de départ suivants :


A. Prémisse politique : pluralisme. La diversité est une partie essentielle de notre histoire et de notre identité collective. Nous défendons une société basque ouverte à des personnes d’autres cultures et d’autres origines, et attachée aux valeurs du pluralisme afin de construire une citoyenneté inclusive.
B. Prémisse éthique : solidarité. Les nouveaux défis migratoires constituent une question éthique qui fait appel à la solidarité, à la non-discrimination et à l’égalisation des droits et obligations des populations immigrées et autochtones, et que nous assumons dans la clé de l’engagement partagé.
C. Prémisse pragmatique : nécessité. La société basque, en plus des politiques d’aide aux familles, a besoin de l’immigration pour répondre à ses demandes professionnels et démographiques. Elle représente une force pour la croissance d’Euskadi au cours des prochaines décennies et nous voulons la prendre comme une opportunité.


OPTIONS TRANSVERSALES.

En tant que signataires de ce Pacte, nous sommes d’accord pour faire en sorte que, du mieux de nos capacités et de nos compétences, nous mettions en pratique les options transversales suivantes :


I. Cohabitation. Nous défendons l’accueil, l’intégration et le discours de solidarité, de diversité et de coexistence. Nous rejetons les discours préjugés, stéréotypés et stigmatisants à l’encontre de personnes de cultures ou d’origines différentes.
II. Cohésion. Nous soutenons fermement l’universalité de l’éducation, de la santé ou des prestations sociales de base, ainsi que le maintien de canaux d’accès à la formation et l’intégration sociale et du travail pour l’emploi et d’accès au logement, dans un cadre d’égalité en droits et devoirs.
III. Éducation. Nous promouvons la construction d’espaces éducatifs inclusifs en tant que valeur stratégique pour l’intégration et la coexistence. Partager des réalités différentes, se connaître et se valoriser constitue une pédagogie décisive dans le processus de socialisation de nos étudiants.
IV. Échelle locale. Nous affirmons la pertinence de l’environnement local en tant que scénario stratégique pour une intégration quotidienne efficace. L’action municipale visant à améliorer la coexistence et à renforcer la cohésion sociale a une valeur prééminente qu’il convient de soutenir et de promouvoir.
V. Égalité. Nous partageons l’engagement en faveur de l’égalité des sexes en tant que principe basique et fondamental pour la construction de notre coexistence, ainsi que de sa vocation interculturelle et interreligieuse d’extension universelle.
VI. Langues. Nous parions sur l’apprentissage des langues de la société d’accueil en tant que facteur d’importance essentielle pour l’intégration et l’hébergement des migrants, en fournissant les moyens nécessaires pour le faire.
VII. Collaboration. Nous promouvons la prééminence de la coopération entre les différents niveaux institutionnels et sociaux. Dans ce domaine, plus que tout autre, la collaboration est nécessaire. Mettre en commun ce qui nous unit plutôt que ce qui nous sépare.


ENGAGEMENTS SPÉCIFIQUES.

Avec tout ce qui précède, nous soutenons fermement le développement des engagements spécifiques suivants dans les domaines de compétence correspondants :


1. Co-responsabilité. Collaborer avec d’autres acteurs pour favoriser dans l’ensemble de l’UE le principe de la co-responsabilité, en termes de loyauté et de collaboration avec les institutions nationales et européennes, avec des propositions qui incarnent le compromis entre ce qui est proposé et ce qui est offert.
2. Fermeté. Maintenir une unité sociale et politique qui, face à toute prétention d’obtenir un avantage politique ou électoral grâce à l’utilisation de messages xénophobes, rende effective l’ampleur de cette majorité démocratique.
3. Immigration régularisée. Promouvoir des canaux qui élargissent les possibilités d’une immigration régularisée, qui tienne compte de la réalité des pays d’origine, du projet migratoire du migrant et des besoins qui, en Europe, pose le défi démographique.
4. Demandeurs d’asile et réfugiés. Mettre en place des actions visant à améliorer quantitativement et qualitativement l’accueil et l’intégration des demandeurs de protection internationale et des réfugiés, tant au niveau européen et national qu’en Euskadi.
5. Migrants en situation de vulnérabilité. Offrir les ressources nécessaires pour une réponse humanitaire adéquate aux migrants en situation de vulnérabilité, avec une attention particulière apportée aux femmes, aux mineurs et aux victimes de violations des droits de l’homme.
6. Migrants en situation non régularisée. Articuler les ressources nécessaires pour apporter une réponse solidaire et humanitaire à l’arrivée des migrants en transit ou sans documentation régularisée, qui tend à favoriser les processus d’autonomie.
7. Mineurs étrangers non accompagnés (MENA) et jeunes étrangers non accompagnés (JENA). Fournir les ressources nécessaires pour offrir une réponse partagée, équitable et adéquate aux obligations légales, au respect du principe de l’intérêt supérieur du mineur et à un projet d’intégration socio-professionnelle de ces jeunes.
8. Intervention humanitaire. Répondre à l’ampleur de nos capacités institutionnelles aux appels humanitaires émanant d’institutions et d’ONG internationales ou locales qui agissent sur le terrain, soit en Méditerranée, soit dans les pays d’origine ou de transit.
9. Intervention préventive. Soutenir ou développer des projets de coopération visant à transformer les causes de la pauvreté, de l’injustice et des inégalités dans les pays d’origine des migrants et à promouvoir leur capital humain local et leurs atouts.
10. Culture de cohabitation. Partager une culture de cohabitation fondée sur la solidarité, la co-responsabilité et la défense du pluralisme, des droits de l’homme et de l’égalité, ainsi que sur le rejet de toute forme de racisme ou de discrimination.


CADRE D’INTERPRÉTATION DE CETTE PROPOSITION DU PACTE SOCIAL BASQUE SUR LA MIGRATION
Il y a plus de six ans, dans le texte de la première proposition du Pacte social sur l’immigration, il était indiqué que les immigrés ne sont pas « l’autre parmi nous », mais font partie du « nous » basque de l’avenir. Ce document, adapté aux défis actuels en matière de migration, constitue l’annexe qui accompagne la présente proposition du Pacte Social Basque sur la Migration en tant que cadre d’interprétation.

 

There are still no comments
  • Faceless avatar thumb 70
    Something to say?… comment on this news
Politicians attending the event